AAHA = Amicale Alexandrie Hier et Aujourd'hui : www.aaha.ch

Diverses réunions AAHA-GE/VD en 2017

Au Restaurant "La Plaine Lune", Genève, Jeudi 29 juin

George Botros, Reina, Toy et Sandro

 

 

 

Participants (29) :  Manuela Suares,  Sandro et Anne-Marie Manzoni,  Monique Eid, Farag Moussa et Laurence Deona,  Rose-Marie Kipfer-Nidergang, Juliette Béard-Benveniste, Reina  Kalo, Linda Stroun-Ichai, Denise Wagner-Michacca, Elie et Lucete Smaga-Saidenberg, Emilio, Nicole et Magali Berla, Amir Osiris Schenouda, Marcel et Cristina Schuler, Freddy Morabia, Asma Ghatour, Roland Mansour, Robert Naggar, Olive Alvis, Josiane Pinto, Eglal Zénié, Irène Elias, Toy Bruck.

- - - - - - - - - - - - - -

Réunion de l’AAHA le 29 juin 2017-

Chers amis Alexandrins,

Alors que je m’apprêtais à vous retrouver aujourd’hui, ma mémoire a fait un grand bond en arrière.  Un petit calcul mental m’a ramenée aux premières rencontres de l’AAHA,  qui fut  fondé & organisé  par Sandro vers  1993.  De 1993  à 2017,  25 années s’inscrivent  au palmarès de nos rencontres, pour le plaisir de tous. 

Durant toutes ces années,  Sandro n’a pas lésiné,  ni sur son  temps  ni sur ses efforts constants,  malgré ses activités professionnelles et ses obligations familiales.  Il  a consacré et  programmé  ces rencontres conviviales, jusqu’aux   plus petits détails.  Avec, bien  entendu,  le concours inestimable de son alter ego, Anne-Marie.  Quelques autres membres mirent partiellement  la main à la pâte.

Je me souviens  des premiers  dîners au restaurant de la Place du Cirque. 

Les séances débutaient avec, comme un leitmotiv,  la chanson de  Dalida «  Eskandaraneya ahsan nass ». Vérité approuvée par nous tous.

Le programme comprenait une partie humoristique, une partie culturelle et par-dessus tout, une grande nostalgie qui nous tient à cœur.

Pour la partie humoristique,  nul n’a oublié, entre autres  les fables de la Fontaine et  autres sketches  franco-arabes déclamés par  le regretté Sergio Belleli.  On  ne  s’en lasserait pas.

Ensuite, les dîners  au bd St. Georges.  C’était le même programme, mais il y avait en plus les inoubliables buffets de mets  orientaux de Robert Natal et son équipe  du Happy Days.

Et pour finir, nous voilà, aux déjeuners à la Plaine Lune.  

En plus de nos chaleureuses rencontres régulières,  Sandro organisait la grande réunion annuelle qui réunissait les Alexandrins de Genève et ses environs.  Elle se tenait dans la grande salle des fêtes à quelques pas d’ici. Le programme  durait toute la journée.  C’était…. La joie

En fait, qu’est-ce que l’AAHA ?

Alors que nos proches se sont dispersés, ce regroupement convivial permet à chacun de retrouver,  le temps d’une rencontre,  l’esprit du paradis perdu de son enfance. Chacun peut se dire "J’ai eu la chance de naître dans le plus bel endroit au monde et  surtout au bon moment." 

Et aussi, nous avons eu le  Bulletin que nous recevions avec grand plaisir.

On pouvait lire à l’entête : "Dispersés, mais unis, unis, mais divers"

Tel est le devoir de mémoire : « Pitié et Gratitude pour le passé ».

Au  sommaire, il  contenait des nouvelles des divers Alexandrins d’ici et d’ailleurs.

Certains d’entre  eux nous avaient gratifiés  d’œuvres littéraires nostalgiques. D’autres, nous relataient avec humour leur aventure migratoire qui s’est  toujours   achevée par une parfaire adaptation.

J’appellerai  l’ensemble de ces œuvres : Variations sur un thème connu.

Aussi,  chaque numéro se terminait par  une page nécrologique  qui avait pour entête  « La mémoire est Résurrection ».  Je parcourais  cette rubrique.   Lorsque  mon regard croisait un nom  familier, je faisais une pause, le temps d'une pensée, voire d’un recueillement,  pour  le ou la disparue. Cela me confirmait que : "La Mémoire est Résurrection."

Nous ne sommes pas les seuls à remercier Sandro.  Ses efforts de regroupements ne se sont pas arrêtés  à Genève. Généreusement, Il les a étendus un peu partout sur la trajectoire des Alexandrins.  Des  échos de remerciements pourraient  se joindre aux nôtres  émanant  aussi de Lausanne, de Bruxelles, de Paris, de Londres, de Rome, de Milan, de Tel- Aviv, de Sydney,  de Melbourne,  de New York,  de Floride,  de Californie, de Montréal, de Toronto , de Sao Paolo.  Ça ne m’étonnerait pas qu’il y ait un AAHA sur quelques planètes de notre système solaire.  Les Alexandrins sont capables de tout et aucun d’entre vous ne me contredira.

Ils se sont tous choisi un sobriquet :

Les Alexandrins de Suisse sont :      les  Hashashins

Les Alexandrins d’Italie sont :         les Gamaa

Les Alexandrins de Paris sont :        les Bakachins

Les Alexandrins de Londres sont :   les Ahsan Nass

Les Alexandrins de Belgique sont :  les Bashawat el Nil

Les Alexandrins d’Israël sont    :     les Skandarani

Les Alexandrins de Sydney sont     : les  Skandarani from Down Under

Les Alexandrins de Melbourne sont :   les Effendi betah Melbourne

Les Alexandrins de Toronto sont     :    les Hagassin

Les Alexandrins de  Montréal  sont :   les   Bahharins

Les Alexandrins de Californie sont :    les Fetouwat

Les Alexandrins de Floride sont :         les Hawagat

Les Alexandrins de New York sont :    les Skandarani  from Big Apple

Les Alexandrins de Washington DC  sont : les  Scandarani

Il y a aussi quelques  Mefalessins et Shahatins,  ici et là !

Tous ceux-là pourraient se joindre à nous pour exprimer à Sandro un grand CHOKRAN.

Et ce n’est pas tout. Je n’oublierai jamais le voyage organisé par Sandro à Alexandrie en 1997. Ce retour aux sources avait été tellement émouvant. Lors des visites de certaines résidences ou autres, les participants riaient et larmoyaient à la fois. Comment ne pas être touché lorsque dès l’arrivée à l’aéroport d’Alexandrie, le douanier nous accueille avec un  «ahlan wesahlan». C’est sûr que j’ai passé par un très grand nombre d’aéroports, mais nulle part autre je n’ai entendu un seul mot d’accueil de la part du douanier. Ça ne laisse pas insensible !

Lors de notre séjour, grâce à l’organisation de Sandro, nous avions été reçus en hôtes d’honneur dans des écoles, notamment à l’ex Lycée Français, ensuite,  dans les divers lieux de culte. Je me souviens de l’accueil chaleureux à l’église copte, à l’église anglicane, à l’église grecque, les visites à la synagogue de la rue Nabi Daniel et à la mosquée Abou el Abbas  El Morsi. Pardon si j’en oublie.

Quoi de plus attendrissant. C’était bien à l’image de notre Alexandrie métissée à souhait, telle que nous l’aimons.

Ce n’est pas tout. Encore un merci à Sandro, Georges Bouvier et Toy pour le magnifique week-end à Paris, regroupant plus de 200 participants. Il y avait une soif de retrouver de vieilles connaissances. Chaque dame portait un badge indiquant son nom de jeune fille. Une dame s’est approchée de moi pour lire mon nom. Comme sa vue avait baissé, elle ouvrit son sac, sorti ses lunettes et les a posés sur son nez. Puis elle s’est penchée à nouveau pour lire mon nom et elle s’est écriée, «Linda, tu n’as pas changée».

Sandro et Anne-Marie sont partout et donnent d’eux même sans compter. En Egypte, leur aide en faveur de la scolarisation  d’une jeunesse démunie, sont très estimables.

Assurer une scolarité à un enfant, c’est augmenter ses chances de réussite personnelle et pour le bien de la société. Chacun peut participer à cette bonne action. Il suffit de se renseigner auprès de Sandro.

En fait, qu’y a-t-il d’étonnant ?

C’est un Alexandre le Grand qui a fondé Alexandrie.

C’est un Alexandre Manzoni qui perpétue la mémoire d’Alexandrie.

Linda Stroun

 

- - - - - - - - - - - - - - -  -

 

AAHA = Amicale Alexandrie Hier et Aujourd'hui : www.aaha.ch